Pourquoi n'aime-t-on la France que quand on peut la dénigrer ou l'effacer ?

·1 min de lecture

Pour ne pas être taxé de nationalisme voire de fascisme lorsqu'on célèbre la France, le contexte est primordial. De manière générale, il est bien vu de vanter ses mérites à partir du moment où ceux-ci ne permettent nullement de l'identifier.

" Retrouvons notre art de vivre ", a tweeté le chef de l'État le 19 mai pour la réouverture des terrasses, lui qui expliquait-il y a quelques années : " Il n'y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse ", enterrant la " mère des arts " de Du Bellay. " L'art de vivre à la française " tweetait le même jour le ministre de l'Économie et des finances, Bruno Le Maire, allant jusqu'à accompagner ces quelques mots d'un drapeau français, celui qu'on peut afficher pour célébrer les restaurants ou les victoires des Bleus mais qui vous étiquette comme " facho " en toute autre occasion.Nous y sommes !Terrasses, musées, cinémas, théâtres… Retrouvons ce qui fait notre art de vivre. Dans le respect des gestes barrières. pic.twitter.com/UXfOKur9D0— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) May 19, 2021 Ne consomme-t-on du café qu'en France ? Les terrasses seraient-elles une spécificité de notre pays ? À moins que l'art de vivre à la française soit simplement un art de consommer ? Il semble plutôt qu'il ne soit bien vu d'exalter la France que lorsque celle-ci ne se distingue pas de la masse. " La France ne peut être la France sans la grandeur ", disait Charles de Gaulle. " La France ne peut être la France si elle...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Présidentielle 2022 : pourquoi, cette fois, il faut prendre le RN au sérieux

Pourquoi vous ne connaîtrez sans doute pas le nombre réel de morts du Covid

Élections départementales : pourquoi tout le monde s’en moque

"Fin du ramadan : pourquoi les élus ne doivent pas s’inviter dans les mosquées"

Violences conjugales : pourquoi la diffusion des bracelets anti-rapprochement patine