Pourquoi les migrants iraniens transitent par les Alpes

Par Louis Chahuneau
·1 min de lecture
Des membres de l'ONG Médecins du Monde (MdM) dans la station de Montgenèvre dans les Alpes françaises.
Des membres de l'ONG Médecins du Monde (MdM) dans la station de Montgenèvre dans les Alpes françaises.

Il est 21 heures à Montgenèvre en cette mi-octobre, et la station de ski des Hautes-Alpes est plongée dans l'obscurité. C'est ici, à 1 800 mètres d'altitude, que les migrants traversent la frontière franco-italienne. Il faut environ huit heures de marche pour rallier Briançon (Hautes-Alpes) depuis Clavière, le dernier village côté italien. Entre les deux, le col de Montgenèvre, l'obscurité et la police aux frontières (PAF) qui patrouille. Ces dernières années, plusieurs migrants sont morts de froid en tentant le passage. À l'approche de l'hiver, plusieurs militants et bénévoles de l'ONG Médecins du Monde ont donc repris les maraudes. Leur objectif : récupérer les migrants après la frontière et les ramener au Refuge solidaire de Briançon, une quinzaine de kilomètres plus bas, avant de se faire attraper par la police.

François*, 32 ans, est moniteur de ski saisonnier et bénévole au refuge. Caché derrière des arbres, il guette la pénombre à la recherche d'un signe de vie quand deux silhouettes apparaissent derrière un buisson. Ils s'appellent Azad* et Hedi et sont iraniens. « How much ? » nous questionnent-ils avant de comprendre que François n'est pas passeur mais bénévole. Ils finissent par le suivre. Arman a 28 ans, a étudié le génie civil en Iran puis travaillé dans une pharmacie. Mais son père est opposant politique au régime : « Il a insisté pour que je quitte le pays », raconte-t-il. « Il a donné 18 000 euros à un réseau de passeurs pour me faire arrive [...] Lire la suite