Pourquoi les manifestations anti-France dans le monde musulman sont à relativiser

·1 min de lecture

Des effigies d’Emmanuel Macron brûlées, des appels au boycott des produits français et des violences. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ces derniers jours dans le monde musulman pour protester contre la France, après les déclarations du président de la République défendant les caricatures de Mahomet. Si ces images ont fait le tour du monde, le géopolitologue Frédéric Encel a appelé à relativiser leur importance, samedi midi sur Europe 1.

"Il faut donner (à ces manifestations) une importance très faible. On fonctionne sur un effet loupe. On est tous, à tort, en train de survaloriser un phénomène qui existe et qui avait existé lors de la publication des caricatures par Charlie Hebdo", a jugé le professeur, auteur du livre Les 100 mots de la guerre (PUF).

Des manifestations "limitées en nombre" organisées par "des islamistes"

Vendredi, les principales manifestations ont eu lieu au Bangladesh et au Pakistan. D'autres moins importantes se sont déroulées en Inde, au Moyen-Orient, au Maghreb et au Mali. "Le monde musulman est composé de 57 États, là on parle de manifestations dans cinq-six pays qui sont parmi les plus petits comme le Qatar. Il y a plus d’un milliard 300 millions de musulmans dans le monde. Les manifestations existent, oui, mais elles ont été extrêmement limitées en nombre", a estimé Frédéric Encel.

"Pour l'essentiel c'était des organisations elles-mêmes islamistes, dont on peut très bien comprendre qu'elles voulaient appeler à manifester à commencer...


Lire la suite sur Europe1