Pourquoi la manifestation contre l'islamophobie prévue le 10 novembre divise-t-elle la gauche ?

franceinfo

Y aller ou ne pas y aller, telle est la question à gauche. Le débat toujours explosif sur l'islamophobie et la laïcité ressurgit à l'occasion d'une manifestation organisée dimanche 10 novembre à Paris, à laquelle de nombreux responsables politiques, dont Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, ont appelé à participer.

A l'origine de cette initiative, une tribune publiée dans Libération le 1er novembre appelant à manifester pour "dire stop à l'islamophobie". "L'attentat contre la mosquée de Bayonne le 28 octobre" est la manifestation "la plus récente" des "actes qui visent" les musulmans, peut-on notamment lire dans cette tribune. Pourtant, certains responsables politiques et personnalités signataires du texte ont finalement décidé de ne pas participer à la manifestation. D'autres iront manifester, mais demandent que leur nom soit retiré de la liste des signataires. D'autres enfin n'ont pas signé, n'iront pas manifester et tiennent à faire savoir ce qui les gêne. Voici pourquoi cette manifestation a du mal à rassembler la gauche.

Parce que le CCIF y participe

Parmi les organisateurs de la manifestation, on trouve notamment le controversé Collectif contre l'islamophobie en France. Le CCIF est accusé d'avoir des liens avec les Frères musulmans, organisation internationale de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi