Pourquoi la "Maison commune" entre LREM, le MoDem et Agir pourrait ne jamais voir le jour

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Tout a été relancé par deux interviews de François Bayrou, haut-commissaire au plan et président du MoDem, et de Stéphane Séjourné, député européen. Les deux responsables de la majorité ont appelé, dans Le Figaro, à la création "d’un grand mouvement politique central", large, mais qui respecterait les sensibilités de chacun. "Cette union détruirait le clivage droite-gauche pour des années et imposerait comme seul alternative l’extrême-gauche et l’extrême-droite", confie un député MoDem à Europe 1. Cette coalition, qui prendrait la forme d’une "maison commune", va-t-elle pour autant voir le jour ?

Concrètement, cette structure regrouperait plusieurs formations politiques, à savoir LREM, le MoDem, Agir et Territoire de Progrès. Ce nouveau mouvement serait agrandi d’une aile droite composée par les proches d'Édouard Philippe et d’une aile gauche appuyé par Barbara Pompili et d'autres. En somme, la transposition du "Parti Démocrate" à la française.

L'étiquette LREM, "trop usée" ?

Pour François Bayrou, c’est aussi une volonté de transmettre le parti depuis la disparition de Marielle de Sarnez. Il souhaite léguer le parti à la jeune génération en le murant dans un mouvement d’ampleur. Pour cela, il doit convaincre dans les prochaines semaines le Président de soutenir ce projet, tout en négociant entre 90 et 100 députés MoDem investis pour les législatives à venir.

François Bayrou soutient aussi que le MoDem et Agir peuvent revendiquer un meilleur ancrage local que La République en m...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles