Pourquoi le maire d'Albertville se dit "condamné" à accepter une école privée musulmane

·1 min de lecture

Le maire d’Albertville Frédéric Burnier Framboret a exprimé son regret de voir le tribunal administratif le forcer à accorder un permis de construire à un projet d'école privée hors contrat mené par la Confédération Islamique Millî Görüs, proche de la Turquie. Explications.

Dans une tribune publiée ce vendredi 9 avril dans Le Figaro, le maire divers droite d’Albertville (Savoie) Frédéric Burnier-Framboret déplore que le tribunal administratif l’ait " condamné à signer un arrêté accordant le permis de construire d’une école privée portée par l’association Confédération Islamique Millî Görüs ". L'association, accusée d'être un organe d'influence turc, a refusé de signer la Charte pour l’islam de France (qui proclame notamment l'égalité homme-femme et le refus de l'homophobie) et se trouve également au cœur de la polémique autour de la subvention de la mairie de Strasbourg à la construction d’une mosquée.Cela fait déjà près de cinq ans qu’existe ce projet d’établissement privé hors contrat d’enseignement musulman, dont la taille est ambitieuse : 4 000 m² situés sur un terrain jouxtant la mosquée turque, dans un quartier classé quartier prioritaire de la politique de la ville.Cette école primaire comprendra 16 classes, soit environ 400 élèves, ce qui correspondrait à un quart des 1 200 élèves de cette commune de 20 000 habitants. Dans Le Figaro, le maire s’inquiète de cette ampleur et explique qu’elle conduira à la fermeture de plusieurs classes voire, à terme, d’une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

" Suppression " de l’ENA : pourquoi Macron l’annonce pour la deuxième fois en deux ans

Euthanasie : qui est pour, qui est contre et pourquoi ?

130% de la capacité initiale : pourquoi les services de réanimation sont bel et bien submergés

Agriculture : pourquoi le modèle allemand est très loin de la "deutsche Qualität"

"La situation est ingérable" : pourquoi l'Éducation nationale est à court d'enseignants remplaçants