Mais pourquoi les médecins vaccinent-ils des patients non prioritaires ?

·1 min de lecture

Il y a des patients qui parfois réussissent à passer entre les mailles du filet. Pourtant non prioritaires à la vaccination contre la Covid-19, des Français se font piquer dans le bras par leur médecin ou pharmacien. Et ce, alors même que les cibles définies par les autorités sanitaires comme les plus de 75 ans peinent encore aujourd’hui à décrocher leur rendez-vous de première injection pour se vacciner contre la Covid-19 ! “Comme avec Pfizer en début d’année où on arrivait à sortir une sixième voire une septième dose, il est possible, parfois d’obtenir une onzième dose dans le flacon d’AstraZeneca alors qu’il n’en contient que dix officiellement, raconte Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français. Dans ce cas, il arrive de vacciner le premier venu, qu’il soit prioritaire ou non”, concède-t-il.

La Direction générale de la santé (DGS) est ferme : aucune perte n’est tolérée. En cas de dose surnuméraire ou bien de rendez-vous annulés à la dernière minute, les vaccinateurs doivent se débrouiller pour injecter les doses restantes d’un flacon ouvert avant qu’elles ne soient périmées. Sauf qu’il n’est pas toujours facile de trouver une personne prioritaire à la vaccination disponible pour venir aussitôt en pharmacie, cabinet ou centre de vaccination. Pour le vaccin d’AstraZeneca par exemple, à température ambiante, les doses d’un flacon doivent être administrées dans les six heures suivant l’ouverture. Le délai peut s’allonger à 48 heures maximum si (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CSG, CRDS... : pourrez-vous échapper à une hausse des prélèvements sociaux dans les prochaines années ?
En mal de devises, la Syrie arrête d’importer des smartphones !
Les étonnants appels reçus par la gendarmerie des Côtes d’Armor
Chine : à Pékin, la vaccination récompensée par des coupons de supermarché
Notre approvisionnement en électricité sera tendu les 3 prochains hivers, avertit RTE