Pourquoi les méchants des films ont-ils souvent une cicatrice sur le visage ?

·2 min de lecture

Notre cerveau nous joue des tours et fait un rapprochement a priori "absurde" entre problèmes de peau et jugement moral. Pourquoi ? Des chercheurs apportent un éclairage dans une étude.

Les méchantes sorcières aux verrues et les grands méchants aux grandes cicatrices sont omniprésents dans les oeuvres de fiction. Voldemort, Dark Vador, Scar... Pourquoi les méchants du cinéma ont-ils des marques ou "anomalies" sur le visage ? Selon une étude de l'Université de Pennsylvanie (Etats-Unis) publiée dans les , ceci est le résultat d'un biais cognitif : notre cerveau rapproche problèmes de peau et moralité, donnant l'impression que les personnes ayant une déformation, une marque, une cicatrice, sont moralement moins bonnes que les personnes à la peau nette.

Jugées injustement moins dignes de confiance

Pour analyser ce biais cognitif, les chercheurs ont demandé à des participants de répondre à des questions sur la perception qu'ils ont d'une personne dont la photo était présentée pendant trois secondes. Parmi ces photos, certaines personnes présentaient des problèmes de peau, comme on peut le voir sur cet exemple :

Les trois catégories de photos qui devaient être jugées par les participants. Crédits : Annals of the New York Academy of Sciences/Workman

L'équipe de scientifiques a alors remarqué que les participants jugeaient les personnes ayant un problème de peau comme étant moins dignes de confiance, moins attirantes, moins heureuses et plus anxieuses comparé aux autres, simplement sur la base de leur photo. Le stéréotype est donc malheureusement bien ancré.

Le "jeu du dictateur"

Dans la deuxième partie de l'expérience, il était demandé aux participants de jouer au "jeu du dictateur". Ce jeu consiste à choisir quelle quantité d'une certaine somme d'argent garder pour soi et quelle quantité partager à une personne dont seule la photo est présentée. Ainsi, les participants pouvaient garder la totalité de l'argent, donner la moitié à l'autre ou n'importe quelle autre proportion. Malheureusement pour les personnes ayant des problèmes de peau, les participants se sont montrés moins généreux avec eux. Néanmoins, cet effet n'a été trouvé que pour les participant[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi