Pourquoi les mèmes sont de redoutables objets politiques

·1 min de lecture
© Sipa

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre)culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux - et ont même permis l'émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou "neurchi"), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humoristiques à l'apparence inoffensive ; tout au contraire, ils fonctionnent comme de redoutables objets politiques.

Des éléments textuels et visuels

Mais d'abord, qu'est-ce qu'un mème? Le terme lui-même est hérité de la controversée théorie des mèmes de Richard Dawkins datant de 1976, qui tentait d'expliquer la propagation des cultures, en les réduisant à un ensemble de comportements qui se répliqueraient et se reproduiraient à travers les individus, sans que ceux-ci n'en aient conscience, et sans qu'ils puissent en avoir le moindre contrôle. Cette théorie a été reprise et réadaptée un peu plus tard par Susan Blackmore, puis repris par la communauté du web - sans que l'on ne sache très bien comment ni pourquoi.

Un mème, c'est ce petit signe qui combine à la fois des éléments textuels et visuels (on dira alors qu'il est graphotextuel), et qui se caractérise par sa grande viralité, sa capacité à commenter un nombre extrêmement variable de sujets et ses qualités créatives quasiment illimitées.

En d'aut...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles