Pourquoi la littérature algérienne est-elle aujourd'hui si pauvre ?

*

Le titre dérange peut-être beaucoup d’écrivains et d’intellectuels algériens. Ils diraient sans lire le texte : "C’est quoi ce délire ? La littérature algérienne a plus de siècle d’existence. Il ne connaît pas surement l’histoire de cette riche littérature !"

La littérature algérienne a une longue histoire. Il ne faut pas le nier. Dans cette chronique, il est question de littérature contemporaine. Celle d’aujourd’hui.

Un double problème

Des centaines de livres (de fiction) paraissent chaque année, notamment en langue française. Les écrivains jouent avec cette langue comme une marionnette et étonnent ainsi des intellectuels français qui se croient les Zeus de cette langue.

Un problème double. D’abord, malgré la belle maitrise de la structure et la langue, ces centaines de livres n’échappent pas à ces thématiques poussiéreuses et ennuyeuses : la colonisation, les années rouges 1990, et des tranches de vie banales. Ensuite, les lieux de la fiction sont aussi typiques et séculaires : Alger, la mer, et les montagnes où naquit la guerre.

"La littérature algérienne d’aujourd’hui est ghettoïsée dans la géographie, la culture, et l’identité nationale"

Un ou deux œuvres échappent difficilement à ce constat amer et malade. Pas de fictions profondes sur l’homosexualité qui est un phénomène majeur en Algérie ; pas de romans philosophiques ou de science-fiction ; pas depersonnage Noir ou Juif ou non-Algérien ; pas de fictions qui ont lieu ailleurs loin des frontières fermées de l’Algérie… Bref, la littérature algérienne d’aujourd’hui est ghettoïsée dans la géographie, la culture, et l’identité nationale. Le Moi algérien. Elle n’est donc que la biographie du pays.



Lire la suite