Pourquoi l'humain rit-il ?

GETTY IMAGES

Pour les animaux sociaux que nous sommes, le rire est autant une question de survie que de plaisir.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°905-906, daté juillet-août 2022.

Au commencement étaient les chatouilles… C'est la plus ancienne façon de déclencher le rire, un comportement archaïque "remontant au moins au dernier ancêtre commun des grands singes et des humains, il y a 10 à 16 millions d'années ", selon la psychologue britannique Marina Davila Ross. Titillés, les orangs-outangs, gorilles, bonobos et chimpanzés produisent en effet "des vocalisations avec des signatures acoustiques assez similaires aux nôtres ".

Si le rire a probablement évolué à partir d'une respiration laborieuse et chahutée, les chatouillements sont eux-mêmes un prolongement ou une variante des toilettages, câlins, bagarres, jeux ou préliminaires sexuels inhérents à la vie de groupe des espèces sociales, précise Robert Provine. Selon ce neuropsychologue américain, le rire, "contrairement aux pleurs, n'est pas inné chez l'humain et n'apparaît chez le bébé qu'à l'âge de 4 mois ". Ce qui suggère que les sanglots ont précédé l'hilarité dans l'évolution, probablement parce que les premiers fonctionnent comme un signal vital d'alerte, de peur, de faim. Le rire en réponse au chatouillis enverrait, lui, un message du type "tout va bien, mes besoins basiques sont satisfaits, c'est un bon moment pour socialiser, jouer, explorer ", établissant une communication entre deux individus au-delà du langage, et favorisant l'apprentissage mutuel.

"C'est l'inattendu qui fait naître le ridicule et provoque le rire"

Mais pourquoi les humains rient-ils en l'absence de toute incitation physique, et en groupe ? Pour comprendre, "il faut encore distinguer le rire franc motivé par un stimulus et le rire autogénéré et stratégique ", précise le biologiste évolutionniste américain Matthew Gervais. Les premiers éclats de rire spontanés parmi nos ancêtres ont été générés selon lui par des "situations d'incongruité non menaçante ". Comme une chute avec moulinets de bras mais sans gravité. "À[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi