Pourquoi l'hebdomadaire "Marianne" met à l'honneur les uchronies

·1 min de lecture

Pour son dernier numéro de l'année, Marianne a fait le choix de la fiction historique : "Et si Jean-Luc Mélenchon s'était qualifié pour le second tour de l'élection présidentielle de 2017 ?", "Et si l'Algérie était restée française en 1962 ?" L'hebdomadaire publie au total une cinquantaine d'uchronies, genre littéraire alternatif, écrites par des historiens, des écrivains et des journalistes. L'un des rédacteurs en chef de l'hebdomadaire, Périco Légasse, était l'invité de Philippe Vandel, jeudi, sur Europe 1, partenaire de ce numéro double au triple intérêt.

 

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

 

Pour "ouvrir des perspectives"

Périco Légasse défend un numéro qui s'interroge sur des scénarios alternatifs à ceux de la réalité historique, de François Mitterrand aux "gilets jaunes". Et pour lui, rien ne convient mieux que ce monde profondément agité par la crise sanitaire du coronavirus. "On voit bien qu'on est dans un monde où tout est possible et tout est permis. Finalement, c'est peut-être une mesure du raisonnable que de dire 'Voilà ce qui aurait pu se passer si telle circonstance s'était produite de telle façon, si la conjoncture avait été différente'." Pour lui, cela permet donc d'"ouvrir le...


Lire la suite sur Europe1