Pourquoi les cinémas drive-in ne remplaceront pas les salles obscures

Clément Vaillant

CINÉMA - Alors que les salles de cinéma rouvrent ce lundi 22 juin, une interrogation subsiste encore: que deviendront ces cinémas drive-in qui ont fleuri aux quatre coins du globe pendant l’épidémie de coronavirus?

Sao Paulo, Madrid, Dubaï, Athènes... Le concept des drive-in a retrouvé une seconde jeunesse en l’espace de quelques semaines, que ce soit pour des projections de films, des concerts et même une compétition de saut à la perche en Allemagne!

En France, le concept a lui aussi séduit, permettant la reprise des activités culturelles tout en faisant respecter la distanciation sociale. C’est notamment le cas à Bordeaux, où Mathieu Robinet, producteur de films a lancé le 16 mai un festival en drive-in sur la place des Quinconces. À travers cette initiative éphémère, il voulait permettre au public de renouer avec la culture en attendant la réouverture des salles. Il assure au HuffPost qu’à aucun moment il n’a envisagé de pérenniser ce modèle issu du “monde d’avant” d’après lui.

″Ça fait partie de la mythologie du cinéma. Le drive-in a disparu pratiquement partout dans le monde; il y en avait encore en Corée et en Allemagne mais c’était plus tôt de l’ordre de la kermesse. C’est quelque chose d’assez dépassé et qui le restera et ça n’a pas vocation à devenir une industrie. Il y avait quelque chose d’un peu iconique de relancer ça, même si on peut légitimement penser que ça fait partie du monde d’avant et tant mieux. L’idée ce n’est pas qu’on passe le restant de nous vies dans des voitures à regarder des films!”

“Pas d’avenir commercial”

Du 16 au 24 mai, les Bordelais ont ainsi pu profiter de cette parenthèse rétro. Pour se faire une toile, ils devaient s’acquitter de 20€ pour deux adultes (par voiture). Mais même avec des places payantes, difficile d’être rentable sur ce type d’évènement. La faute à des besoins logistiques considérables comme la location de matériel (bâche et projecteur) pour la séance qui coûte plusieurs milliers d’euros ainsi que les frais de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post