Pourquoi le Salvador confiné met en scène ses prisonniers

Matthieu Balu

INTERNATIONAL - Frapper un grand coup. Le président salvadorien Nayib Bukele a organisé le 26 avril le regroupement et la fouille des milliers de prisonniers dans les bagnes où sont enfermés les membres de gangs rivaux. Une manoeuvre filmée et menée de manière particulièrement brutale, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Depuis la fin du mois de mars, ce petit État d’Amérique centrale est lui aussi sous le coup d’un confinement généralisé à cause du coronavirus. Menée avec une grande dureté par les autorités, la situation rend les tensions sociales encore plus fortes. Résultat, les arrestations sont nombreuses et parfois arbitraires, rapporte le site Al Jazeera

Au Salvador, l’un des pays les plus pauvres et les plus violents du monde, l’ombre des gangs pèse toujours sur la rue. Depuis l’arrivée du président Bukele en 2019, le nombre d’homicides connaissait pourtant une accalmie, jusqu’à ces dernières semaines. Le 24 avril, 22 meurtres ont eu lieu, un record: c’est pour réagir face à cette nouvelle flambée de tueries que le chef de l’État a décidé de cette mise en scène.

Les prisons ont donc été entièrement fermées au monde extérieur pendant 24 heures alors que les gardes menaient une fouille systématique des cellules. Les membres des gangs ont eu été réunis par groupes de plusieurs centaines, en prenant soin de mélanger les gangs rivaux. Objectif: briser les canaux de communications habituels de ces mafias d’Amérique centrale, et diffuser à une population en colère des images de force et de discipline. 

À voir également sur Le HuffPost: Confinés, les Portugais célèbrent la Révolution des Oeillets à leurs balcons 

Lire aussi:

Retrouvez cet article sur le Huffington Post