Pourquoi le projet de gazoduc Nord Stream 2 divise

Youen Tanguy
·1 min de lecture
Le projet de gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le Nord de l'Allemagne, le 7 septembre 2020. (Photo: Odd ANDERSEN / AFP)
Le projet de gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le Nord de l'Allemagne, le 7 septembre 2020. (Photo: Odd ANDERSEN / AFP)

TENSIONS - Le projet ira-t-il à son terme? Ces dernières semaines, plusieurs dirigeants politiques ont appelé l’Allemagne à geler le chantier du gazoduc Nord Stream 2. Ce projet, dont la mise en service était initialement prévue début 2020, est un gazoduc censé doubler les capacités de livraison de gaz russe de son aîné Nord Stream 1 et garantir la sécurité des approvisionnements de l’Europe occidentale via la mer Baltique.

Début décembre, les travaux pour Nord Stream 2, un projet de plus de 9 milliards d’euros et 1200 kilomètres de liaison sous-marine, avaient repris dans les eaux allemandes, après avoir été suspendus pendant près d’un an en raison de sanctions américaines, comme le gel des avoirs et la révocation des visas américains pour les entrepreneurs liés au gazoduc.

Les États-Unis et plusieurs pays européens s’inquiètent de la dépendance énergétique à laquelle ce projet pourrait conduire l’UE vis-à-vis de la Russie. Selon Reuters, le nouveau président américain Joe Biden juge lui aussi que ce projet est un “mauvais deal” pour l’Europe.

Arrestation de l’opposant Alexeï Navalny

Autant de tensions exacerbées par l’arrestation de l’opposant russe Alexeï Navalny le 17 janvier et sa condamnation quelques semaines plus tard. Les manifestations appelant à sa libération sont sévèrement réprimées et toutes les demandes occidentales d’éclaircissement sur son empoisonnement -par un agent neurotoxique de type Novitchok, selon plusieurs laboratoires européens- demeurent lettre morte.

“Nous avons toujours dit que nous avions les plus grands doutes sur ce projet”, a dé...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.