Pourquoi Stéphane Le Foll ne croit pas à une candidature unique à gauche

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Stéphane Le Foll, ici photographié au Mans en novembre 2019, ne croit pas à une candidature unique à gauche.  (Photo: JEAN-FRANCOIS MONIER via Getty Images)
Stéphane Le Foll, ici photographié au Mans en novembre 2019, ne croit pas à une candidature unique à gauche. (Photo: JEAN-FRANCOIS MONIER via Getty Images)

POLITIQUE - C’est ce qui s’appelle mettre les pieds dans le plat. Dans une interview au Point ce samedi 6 février, le maire socialiste du Mans, et ex-ministre sous François Hollande, Stéphane Le Foll franchit un cap dans sa critique de la direction actuelle du Parti socialiste. Alors que le premier secrétaire du PS Olivier Faure a lancé une “primaire des idées” dans l’espoir d’éviter une multiplication des candidats de gauche au premier tour de la prochaine élection présidentielle, l’ex-porte-parole du gouvernement explique qu’il ne croit pas du tout à ce combat.

“Je pense qu’une candidature unique n’est pas faisable pour la simple et bonne raison que les questions de fond ne sont pas tranchées”, estime l’ancien ministre de l’Agriculture, déplorant que le parti à la rose ne soit plus une force motrice au sein de la gauche. “Il faudrait un Parti socialiste avec une identité affirmée pour créer justement les conditions de l’unité à gauche. Au lieu de cela, nous faisons tout l’inverse. On démarre bas, éparpillés entre plusieurs partis, candidatures, et l’on pense qu’en faisant la somme de tous ces petits scores la gauche sera au second tour”, regrette Stéphane Le Foll.

“Zut, on n’a pas réfléchi au projet”

Interrogé sur la “mort” du PS laissant la place à de la progression d’EELV, l’édile manceau cible directement le premier secrétaire. “C’est peut-être ce qu’avait voulu dire Olivier Faure en expliquant que peu importait d’où venait le candidat pourvu que nous soyons rassemblés. Si cela consiste à dire qu’il faut supprimer l’histoire social...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.