Pourquoi l'avocat Arno Klarsfeld n'a demandé que 10 ans de prison pour Maurice Papon en 1998

·1 min de lecture

Ce fut le procès le plus long de l'histoire judiciaire française. En 1998, Maurice Papon, ancien haut fonctionnaire du régime de Vichy lors de la Seconde Guerre mondiale, a été condamné à dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l'humanité. D'octobre 1997 à avril 1998, des dizaines et dizaines de personnes ont défilé dans la salle d'audience pour convaincre du rôle de Papon dans l'arrestation puis la déportation de centaines de juifs entre 1942 et 1944. Sur le banc des parties civiles, un jeune avocat de 32 ans, Arno Klarsfeld, représentait l'association des Fils et filles de déportés juifs de France. 

À la différence des autres avocats qui demandaient une condamnation à perpétuité, il n'a demandé "que" dix ans de réclusion criminelle. Plus de 20 ans après, il revient au micro d'Europe 1 sur cette stratégie, qui s'est avérée payante. 

>> LIRE AUSSI -  "Neutralité", "impartialité" : Philippe Labrune explique les règles à respecter pour filmer un procès

"Si on avait demandé la perpétuité, jamais le jury ne nous aurait suivi"

"C'était un combat qui était difficile parce que tous les avocats des parties civiles voulaient que Papon soit condamné à la perpétuité et la défense voulait qu'il soit acquitté. Moi, j'étais au milieu tout seul, avec la presse contre moi, à demander dix ans de prison", rappelle d'abord Arno Klarsfeld. 

Mais pourquoi "seulement" dix ans de prison ? "Parce qu'il n'était pas le préfet, il était le secrétaire général [de la préfect...


Lire la suite sur Europe1