Pourquoi l’ONU est-elle impuissante en Haïti ?

© RICHARD PIERRIN / AFP

Haïti coule et le monde, en manque de solutions, la regarde sombrer. Une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l’ONU doit se pencher mardi sur l’île des Caraïbes , en proie à une triple crise, sécuritaire, politique et humanitaire. « Mais il ne faut pas en attendre grand-chose, prévient Frédéric Thomas, chargé d’études au Cetri (Centre tricontinental). Au mieux, on y enterrera l’idée d’une intervention armée internationale. » Ce projet avait germé à l’automne dans l’esprit du Premier ministre haïtien, Ariel Henry, avant d’être défendu à Washington. « Sauf que les États-Unis ne veulent pas y prendre part et se sont tournés vers le Canada pour qu’elle en assume la direction », poursuit le chercheur. Joe Biden s’est heurté alors au refus de Justin Trudeau, qui ne souhaite pas engager ses soldats dans une opération où il n’y a que des coups à prendre.

En attendant, les gangs qui ont mis le pays en coupe réglée continuent d’imposer leur loi. L’effet des sanctions canadiennes et ­américaines prises récemment contre des personnalités – dont l’ancien président Michel ­Martelly – accusées d’entretenir des liens avec les groupes criminels s’est déjà dissipé. Depuis début janvier, kidnappings et violences sont repartis à la hausse. Cette insécurité a entraîné un déplacement de 150 000 ­Haïtiens tandis que la faim et le choléra ont fait leur retour sur l’île.

Le bureau de l’ONU sur place incite à organiser des élections

Cette boucle du malheur peut-elle encore être brisée ? Probable...


Lire la suite sur LeJDD