Pourquoi l’enseignement des mathématiques est une question de survie pour la France

Einstein vouait une admiration à Euclide, né quelque 2 300 ans plus tôt.
Einstein vouait une admiration à Euclide, né quelque 2 300 ans plus tôt.

Emmanuel Macron a récemment annoncé le retour des mathématiques en option dans le tronc commun de la classe de première. Si cette mesure n'est pas parfaite, car, avant la réforme du bac, tous les élèves bénéficiaient d'un enseignement en mathématiques, on peut toutefois souligner qu'elle constitue une avancée. En effet, les mathématiques ne sont pas un artifice dans une éducation moderne. Même pour les élèves qui embrasseront une carrière a priori non scientifique, les mathématiques sont à la fois indispensables dans un monde gouverné par les chiffres, et un apprentissage d'un esprit de raisonnement dont les bénéfices dépassent largement le champ des sciences dures. Les mathématiques sont au cœur de l'excellence technique, mais aussi rationnelle de la civilisation européenne. Elles souffrent aujourd'hui d'une mauvaise presse, car l'abstraction qu'elles requièrent est vue comme une exigence d'excellence à contre-courant de l'esprit égalitariste qui a conduit l'Éducation nationale dans son impasse actuelle. Pourtant, dans un monde où la France, en perte de vitesse, ne peut presque plus compter que sur son excellence industrielle et scientifique, l'enseignement des mathématiques devient un enjeu qui dépasse largement le cadre individuel.

À LIRE AUSSILes sciences en voie de disparition à l'école primaire

Réhabiliter la démarche scientifique

La civilisation européenne a inauguré la science moderne. Il est vrai que l'on accorde en général à la méthode expérimentale [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles