Pourquoi l'ouverture de voies maritimes polaires changera peu le commerce mondial

1 / 2

Pourquoi l'ouverture de voies maritimes polaires changera peu le commerce mondial

Le réchauffement climatique favorise l’ouverture de routes maritimes régulières polaires par l’océan Arctique. Mais une étude française en minimise l'impact sur le commerce et l'économie mondiale. Le coût de navigation restera, selon elle, plus élevé qu'ailleurs.

La fonte des glaces due au réchauffement climatique, va-t-elle bouleverser la géographique du commerce mondial en ouvrant de nouvelles voies maritimes polaires à travers l’océan Arctique? Pas vraiment estiment les chercheurs français du centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) dans une étude récente.

Ces nouvelles routes polaires raccourcissent la distance que les navires ont à parcourir relativement à celle des routes maritimes commerciales traditionnelles. Mais selon eux, elles "n'auront qu'un impact modeste sur le commerce mondial".

De nombreux armateurs fondent pourtant leurs espoirs sur le passage du Nord-Est qui longe la côte russe sibérienne -déjà ouvert au trafic commercial pendant une courte période en été- mais nécessitant néanmoins des navires spécialement conçus pour la navigation polaire.

Impact positif pour les exportations d'Europe du nord et d'Asie

Présentée comme une alternative à la route du sud passant le canal de Suez, cette voie a été testée par l'armateur danois Maersk. L'un de ses porte-conteneurs a réussi, fin septembre 2018, à relier par l'océan arctique, le port de l'Extrême-orient russe de Vladivostok à Saint-Pétersbourg, en cinq semaines. Le navire, même s'il a été conçu pour affronter des mers très froides et jalonnées de glaces (jusqu'à 1 mètre d'épaisseur), a été assisté sur la route par des brise-glace...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi