Publicité

Pourquoi l’accord entre le Mercosur et l’Union européenne attise la colère des agriculteurs

L’abandon de ce projet d’accord de libre-échange négocié entre le Brésil, l’Uruguay, le Paraguay, l’Argentine et les 27 États de l’Union européenne est au cœur des revendications des producteurs agricoles français. Mathilde Dupré, co-directrice de l’Institut Veblen pour les réformes économiques, résume les enjeux de ce traité en discussion depuis les années 1990.

• Que contient l’accord ?

Ce projet d’accord inclut deux volets : le premier est politique, le second commercial et dit « de libre-échange ». Il a été parfois résumé comme un partenariat « viande contre voiture ». C’est réducteur, mais cela résume le double enjeu pour les pays signataires. Ceux du Mercosur qui exportent principalement des produits alimentaires et agricoles, et les Européens qui entendent vendre du lait, du vin, des spiritueux ou encore des automobiles, de la chimie et des produits pharmaceutiques.

Cet accord a pour ambition de faciliter l’accès de ces biens aux deux parties sans taxes douanières, notamment. Les droits de douane par exemple sur les voitures et sur les équipements industriels européens exportés vers le Mercosur - respectivement de 35 % et de 14 % à 20 % - seraient supprimés.

• Où en sont les négociations ?

• Pourquoi le projet fait-il débat ?

• Quels sont les points de divergences dans la réglementation des normes ?

• En quoi l'accord serait économique, mais aussi politique ?


Lire la suite sur RFI