Pourquoi l'école n'en a pas fini avec les islamistes

Florence Bergeaud-Blackler
·1 min de lecture
Un hommage national dans la cour de la Sorbonne a été rendu à l'enseignant assassiné Samuel Paty.
Un hommage national dans la cour de la Sorbonne a été rendu à l'enseignant assassiné Samuel Paty.

À ceux qui pensent que les pressions sur l'école républicaine ? qui peuvent aller jusqu'à la décapitation d'un professeur comme le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine ? sont celles de quelques individus incompris et mal intégrés, il convient d'expliquer que ces attaques ciblant l'école publique font partie d'une stratégie assumée, destinée à soustraire les enfants musulmans européens de l'école publique. Une stratégie définie et assumée par les islamistes.

Une « stratégie [qui] a pour objectif d'édifier la personnalité de l'être musulman » et qui doit prodiguer une protection contre « l'invasion et l'aliénation culturelles », « garantir la sécurité culturelle et l'immunité nécessaire au développement de la personnalité du musulman », selon le très officiel document de l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (Isesco), l'équivalent de l'Unesco pour l'Organisation de la coopération Islamique (la version panislamique de l'ONU). (Ce texte intitulé L'Action islamique culturelle à l'extérieur du monde islamique a été publié à Doha, Qatar, en 2000, l'un des principaux bailleurs de fonds de la mouvance dans le monde?)

Lire aussi Kamel Daoud : Pourquoi les islamistes aiment l'école

Si l'islam politique s'appuie sur le patrimoine religieux, il n'incarne pas la civilisation islamique, ne lui en déplaise. Il développe surtout une idéologie conquérante, un projet utopique qui n'aboutira jamais, mais qui vit autant de son rêve califal qu [...] Lire la suite