Pourquoi juger les crimes de guerre nazis en Allemagne prend autant de temps

·1 min de lecture

Un homme de 100 ans est jugé en Allemagne ce mois-ci. Cet homme, Josef Schütz, est accusé d’avoir participé "sciemment et volontairement" au meurtre de 3.518 personnes en tant que garde SS du camp de concentration de Sachsenhausen. Il n’est le seul accusé extrêmement âgé à être jugé pour des crimes commis pendant la période nazie. Le procès d’Irmgard Furchner, 96 ans, ancienne secrétaire du camp de concentration de Stutthof, devait commencer le mois dernier, mais a été brièvement retardé après que Furchner se soit enfuie de sa maison de retraite.

Parmi les autres cas récents, citons John Demjanjuk, 89 ans, en 2009 ; Oscar Gröning, surnommé le "comptable d’Auschwitz", 93 ans, en 2015 ; Johann Rehbogen, 93 ans, en 2018 (son procès a été abandonné parce qu’il a été jugé "définitivement inapte à être jugé" du fait de son état de santé très dégradé) ; et Bruno Dey, 93 ans, en 2019. Certains, comme Furchner, sont jugés par des tribunaux pour mineurs en raison de leur jeune âge au moment des crimes présumés.

L’histoire de la poursuite judiciaire des crimes nazis est longue et complexe. Bien que les crimes aient été commis il y a plusieurs dizaines d’années, il est toujours important de porter ces affaires devant les tribunaux aujourd’hui.

Années 1940 : des procédures contrôlées par les Alliés

Dans leur Déclaration de St. James’s Palace du 13 janvier 1942, les gouvernements alliés ont annoncé que l’un de leurs principaux objectifs de guerre était de punir "par la voie d’une justice or...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles