Pourquoi Jean-Luc Mélenchon est visé par une enquête pour “abus de confiance”

Jean-Luc Mélenchon risque de ne pas passer un été tranquille. Comme l’a annoncé le Canard enchaîné, une enquête préliminaire a été ouverte le 14 mai dernier pour « abus de confiance » et « recel » contre plusieurs dirigeants du parti La France insoumise. RTL a ensuite confirmé que le fondateur Jean-Luc Mélenchon était lui aussi dans le viseur de la justice.

L’enquête, actuellement en cours, a été confiée à la brigade financière. Celle-ci va permettre d’en savoir un peu plus sur les « conditions dans lesquelles les dirigeants de La France insoumise, dont Jean-Luc Mélenchon, se sont acquittés des amendes et des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés » dans l'affaire de la perquisition au siège de La France insoumise en octobre 2018.

Des perquisitions avaient également eu au domicile de la secrétaire générale du groupe à l'assemblée ainsi que chez d'anciens assistants de l'homme politique. Celles-ci s’étaient déroulées dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'emplois fictifs d'attachés parlementaires au Parlement européen. « Ce n'est pas normal, ce n'est pas de la justice, c'est plus de la politique », avait lâché Jean-Luc Mélenchon dans une vidéo lorsqu'une perquisition était en en cours à son domicile.

« La justice de Macron c'est ça »

La réaction de Jean-Luc Mélenchon ne s'est pas fait attendre. « Une fuite organisée (et rémunérée ?) par tweet dit que Madame Champrenault (ndlr : une magistrate) se venge avec une nouvelle enquête préliminaire. De quoi s'agit-il

Retrouvez cet article sur GALA

VIDEO - Michael Youn se confie sur le chagrin d’amour qui lui a inspiré Divorce Club
PHOTOS - Mathieu Kassovitz : sa fille Carmen enflamme le festival de Cabourg
Jean-Michel Blanquer : pourquoi son mariage avec Aurelia Devos avait fait parler
Emmanuel Macron : sa rencontre avec Michel Platini intrigue
Olivier Véran, sa compagne Coralie Dubost prise à partie : "Vous dîtes n’importe quoi"