Pourquoi les humains ont-ils le cœur à gauche ?

SPL/ SUCRÉ SALÉ

Sous le contrôle et la direction de plusieurs gènes dits architectes, les organes - dont le cœur - se placent peu à peu dans le corps.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°905-906, daté juillet-août 2022.

Il en est du cœur comme de l'estomac ou de la rate : tous ces organes sont à gauche de notre corps. Le foie, lui, est à droite. Le corps humain est ainsi parfaitement latéralisé.

Occuper au mieux l'espace disponible

Il n'y a pas de finalité biologique particulière à cela. Simplement, sous le contrôle et la direction de plusieurs gènes dits architectes, les organes - à commencer par le cœur - se placent peu à peu dans le corps au moment de l'embryogenèse de façon à occuper au mieux l'espace disponible. Toutefois, il arrive qu'ils se rangent différemment, avec des conséquences plus ou moins graves. Ainsi, une personne atteinte de situs inversus est l'image parfaite dans le miroir d'un sujet "normal" : son cœur et son estomac sont à droite, son foie à gauche, etc. Les positions de tous ses organes se trouvent inversées. Cela ne pose aucun problème de santé particulier, au point que la plupart des individus concernés ignorent être porteurs de cette anomalie. 20 % d'entre eux ont néanmoins des problèmes cardiaques.

Des organes dupliqués ou absents

Second cas de figure : si seul le cœur est à la mauvaise place (à droite), on parle alors de situs solitus. Tous ceux qui présentent cette anomalie souffrent de malformations cardiaques. Dernier cas : le situs ambiguus , où les organes sont dupliqués ou absents, et qui entraîne le décès de 80 % des bébés. Selon une étude américaine, 0,01 % de la population a un cœur à la "mauvaise" place.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles