Pourquoi ces guêpes sociales ne reconnaissent plus leurs congénères ?

·2 min de lecture

Des chercheurs tentent de comprendre par quel mécanisme cérébral les guêpes à papiers réussissent à se reconnaître entre elles.

Les guêpes Polistes fuscatus ont la capacité de reconnaître la face colorée de leurs congénères. Dans une nouvelle étude publiée le 14 avril 2021, des chercheurs de l'Université de Cornell aux Etats-Unis expliquent pourquoi elles peuvent perdre cette capacité si elles sont mises à l'isolement.

Un besoin de relations sociales pour permettre une maturation du cerveau

Les Polistes fuscatus, appelées guêpes à papier par les Américains, sont des insectes sociaux que l'on retrouve notamment dans l'est des Etats-Unis. Ils vivent dans de relativement petites colonies comprenant jusqu'à quelques centaines de membres alors que les abeilles sont parfois des dizaines de milliers. Les colonies des guêpes à papier présentent une autre particularité : elles peuvent posséder plusieurs reines. Chaque printemps, ces dernières peuvent collaborer pour la confection du nid. Cependant, une souveraine tire malgré tout son épingle du jeu : dominante, elle monopolise la ponte et met ses consœurs au travail. Ses subordonnées peuvent quitter le nid et en rejoindre un autre ou fonder le leur si la situation ne leur convient pas. "Il y a une tension d'équilibrage des conflits entre les reines coopérantes, et cela semble être la chose qui a favorisé les individus à se reconnaître, à savoir qui est qui, comment le travail est divisé, si elles obtiennent leur juste part, remarque dans Michael Sheehan, co-auteur de cette nouvelle étude parue dans la revue . Cela semble aider à gérer les conflits." Car "les femelles Polistes fuscatus démontrent une reconnaissance visuelle et individuelle grâce à des motifs colorés uniques sur leurs faces", rappelle la nouvelle étude. Mais cette reconnaissance entre congénères nécessite une expérience sociale pour que son développement s'opère correctement. Les régions visuelles cérébrales impliquées, et inconnues jusqu'à maintenant, sont donc sensibles à la présence des congénères et ne sont pas seulement le lieu d'une simple maturation pré-programmée.

Ces guêpes[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi