Pourquoi le gouvernement a choisi le 2 juin comme date de fin du couvre-feu

Clément Boutin
·2 min de lecture
Des promeneurs sur le Pont des Arts à Paris, peu avant le couvre-feu, le 19 avril 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Des promeneurs sur le Pont des Arts à Paris, peu avant le couvre-feu, le 19 avril 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Une annonce surprise. Lundi, Emmanuel Macron avait laissé entendre que l'heure du couvre-feu pourrait être décalée. Ce mercredi, Jean Castex a finalement annoncé que le dispositif prendrait fin le 2 juin, alors même qu'il indiquait, la semaine dernière, en petit comité, qu'il s'agissait d'une des mesures les plus efficaces, selon nos informations. Le Premier ministre disait être attaché à cette mesure et ne voulait pas l'arrêter immédiatement, souhaitant la maintenir au-delà du 2 juin.

Pourquoi cet arrêt? La France est actuellement sous le régime de l'état d'urgence sanitaire, qui prend fin le 1er juin. Pour prolonger le couvre-feu, il aurait fallu prolonger ce régime d'état d'urgence sanitaire, ce qui n'aurait pas été facile. Au moment de la dernière prolongation, le 9 février dernier, le projet de loi avait été adopté sans grande majorité au Parlement: 278 voix pour, 193 contre.

Quelques jours après, le 18 février, une vingtaine de dirigeants du parti En Commun!, qui s'inscrit dans la majorité présidentielle, avaient écrit à Jean Castex pour dénoncer la persistance de l'état d'urgence sanitaire, comme l'avait révélé Franceinfo.

10% de la population française sous couvre-feu

Dans le régime transitoire qui va être mis en place du 2 juin au 31 octobre, il n'y aura plus de couvre-feu national.

Mais si l'épidémie s'emballe de nouveau ou qu'il y a des territoires où le Covid-19 pose problème, le gouvernement se réserve le droit de prendre des mesures en ce sens. Seulement 10% de la population pourra cependant être mise sous couvre-feu et pour un mois maximum. Un vote du Parlement sera nécessaire pour aller au-delà de cette durée.

D'ici le 2 juin, le président de la République peut, en revanche, "à tout moment modifier ou supprimer le couvre-feu", a souligné Matignon à BFMTV.

Article original publié sur BFMTV.com