Pourquoi les gilets jaunes ont-ils explosé il y a un an?

Lucie Oriol
Gilets jaunes

GILETS JAUNES - Les gilets jaunes ont un an. Depuis le 17 novembre 2018, des foules battent le pavé chaque samedi dans des “actes” qui s’enchaînent avec plus ou moins de réussite, plus ou moins de conséquences politiques ou de dégâts. Force est de constater que rarement un mouvement qui s’est développé hors des cadres traditionnels que sont partis politiques ou syndicats aura réussi à perdurer de la sorte et à s’imposer à l’agenda. Avant d’être incarné par la désormais célèbre chasuble fluo, il s’agissait surtout d’une colère.

Et en tout premier lieu celle ressentie dans le cadre de l’usage de la voiture. Alors que la limitation de vitesse a été abaissée à 80km/heure et que les prix à la pompe sont en hausse, le gouvernement envisage une hausse des taxes sur les carburants pour financer l’écologie. Face à ces éléments de conjoncture, plusieurs initiatives naissent: Priscillia Ludosky, qui avait déjà lancé en mai 2018 une pétition contre l’augmentation du prix de l’essence, repartage le texte sur Facebook en octobre et engrange des milliers de signatures. Le routier Éric Drouet, fort d’une expérience organisationnelle au sein d’une association, imagine un rassemblement sur le périphérique et lance un événement Facebook. Fin octobre, c’est au tour de Jacline Mouraud d’exprimer sa colère dans une séquence vidéo de 5 minutes pendant lesquelles elle s’en prend au gouvernement. La vidéo est vue plus de 6 millions de fois.

Sur le réseau social, les groupes et les événements reprenant le terme de “colère” pullulent. À cet égard, le groupe “La France en colère” est sans aucun doute le plus célèbre. Il n’est alors pas encore question du “gilet jaune” ni même de manifestation, mais surtout de blocage et de “priver l’État” de ses rentrées d’argent. Des appels sont lancés à ne pas acheter de tabac ou de carburant le 17 novembre. Le 24 octobre, le mécanicien Ghislain Coutard publie une vidéo sur Facebook dans laquelle il appelle tous ceux qui sont solidaires du mouvement à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post