Pourquoi les funérailles de Fidel Castro auront lieu à Santiago de Cuba et pas à La Havane

Jade Toussay
Située dans le cimetière de Santa Ifigenia, à proximité du mausolée de José Marti (ici en photo), la future tombe de Castro est à l'image de son culte de la personnalité.

INTERNATIONAL - Où reposera Fidel Castro? L'emblématique dirigeant cubain, décédé ce samedi 26 novembre sera, selon ses dernières volontés, incinéré dans les heures qui suivront sa mort. Ses cendres seront, elles, conservées dans le cimetière Santa Ifigenia, à Santiago de Cuba, selon de nombreux journaux cubains. Les funérailles auront lieu dans cette ville, le 4 décembre, et non pas à La Havane, la capitale cubaine.

Ces dernières années, alors que les rumeurs sur sa mort se sont multipliées, les informations sur la dernière demeure de Fidel Castro ont souvent été évoquées au conditionnel. Mais c'est finalement le cimetière de Santiago de Cuba qui a été choisi, comme semblaient l'indiquer de nombreux travaux lancés par les autorités ces dernières années.

Dès 2012, en effet, un site cubain faisait état de "niches de marbre rose" à proximité du mausolée de José Marti, fondateur du Parti révolutionnaire cubain. En janvier 2015, des journalistes du Nuevo Herald sur place évoquaient de leur côté une "zone de terrain adjacent au mausolée" et gardée par des officiers. Toutefois, ces informations n'ont jamais été confirmées par les autorités.

"Le cimetière de Santa Ifigenia, à Santiago de Cuba, où repose la dépouille du héros national de Cuba, José Marti."

Le choix de Santiago de Cuba, et plus précisément du cimetière Santa Ifeginia ne doivent rien au hasard. Qualifiée de "berceau de la révolution" par Fidel Castro lui-même, la ville de Santiago de Cuba a été le théâtre du premier assaut lancé par Castro contre le dirigeant Batista, le 26 juillet 1953. Elle est aussi la ville où son père, propriétaire terrien, a fait fortune.

Le cimetière, classé site national en 1979, abrite quant à lui plusieurs grands noms de l'histoire de l'indépendance cubaine, comme

Retrouvez cet article sur le Huffington Post