Pourquoi la France accuse l'Azerbaïdjan d'ingérence en Nouvelle-Calédonie

Alors que des drapeaux d'Azerbaïdjan ont été observés dans des cortèges de manifestants indépendantistes en Nouvelle-Calédonie, la France accuse ce pays du Caucase de profiter des émeutes pour étendre son influence dans la région, ce que Bakou dément formellement. Explications.

Des drapeaux azerbaïdjanais dans des cortèges à Nouméa, un groupe lié à Bakou soutenant les indépendantistes... La Nouvelle-Calédonie, en proie à des émeutes, devient une nouvelle zone de tension entre la France et l'Azerbaïdjan.

Au terme d'une troisième nuit de violences dans le territoire français du Pacifique sud, Paris a accusé Bakou d'ingérence, jeudi, ce que l'Azerbaïdjan a aussitôt dénoncé.

Mercredi, dans un reportage sur la chaîne TF1, certains indépendantistes de l'archipel arboraient des t-shirts floqués de la bannière azerbaïdjanaise. Un signe de l'apparente influence du pays, pourtant très éloigné du Caillou.

En mars, des médias azerbaïdjanais montraient des manifestants néo-calédoniens avec des photos du président azerbaïdjanais Ilham Aliev à Nouméa.

"Nous démentons tout lien entre les leaders de la lutte pour la liberté calédonienne et l'Azerbaïdjan", a répondu Bakou, fustigeant des "déclarations insultantes", "infondées" et "une campagne de calomnie".

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Nouvelle-Calédonie : soldats en renfort et ouverture d'une enquête visant des "commanditaires"
Nouvelle-Calédonie : 100 entreprises détruites, les dégâts se chiffrent déjà à 150 millions d'euros
Comment résoudre la crise en Nouvelle-Calédonie ?