Pourquoi la France est à ce point en retard sur la maladie de Lyme

Pourquoi la France est à ce point en retard sur la maladie de Lyme

SANTÉ - À l'origine, c'est une simple piqûre de tique. Quelques mois, quelques années plus tard, la victime se met à souffrir de fortes douleurs articulaires, musculaires, de paralysie faciale, de troubles cardiaques, d'insomnie, de fièvre ou encore de forts maux de tête et d'irritabilité. Cette liste, loin d'être exhaustive, montre à quel point les symptômes de cette maladie sont multiples et divers.

Ce mercredi 5 avril, le président de l'association "Le droit de guérir" Matthias Lacoste va "planter sa tente" devant le ministère de la Santé et compte y rester tant que des "mesures immédiates" ne seront pas prises pour améliorer la situation des personnes atteintes par cette maladie encore trop peu reconnue, comme il l'explique dans une vidéo publiée le 24 mars.

Matthias Lacoste, qui avait déjà fait une grève de la faim l'été dernier, se bat notamment pour que le "plan Lyme", promis par la ministre Marisol Touraine fin septembre, soit mis en oeuvre et ne soit pas enterré par le prochain gouvernement. Avec d'autres associations de malades et certains professionnels de santé, il milite pour la reconnaissance de la forme chronique de cette maladie.

C'est loin d'être la première fois que les autorités sont sollicitées par des malades ou des médecins. En juillet 2016 déjà, une centaine de médecins français ont écrit une lettre ouverte à Marisol Touraine pour que la maladie de Lyme soit mieux reconnue. Ils demandent des financements publics pour améliorer les tests de diagnostics et la recherche sur la maladie, une meilleure prise en charge des patients, l'arrêt des poursuites contre les médecins qui ne suivent pas les recommandations officielles pour soigner les patients et la création d'unités hospitalières spécialisées.

Pourquoi la maladie peine-t-elle à être mieux connue? Si le Canada, les États-Unis ou encore l'Allemagne semblent avoir pris la mesure du problème, en France, les malades doivent souvent patienter plusieurs années avant d'être diagnostiqués et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles