Pourquoi le Festival de Cannes ferait bien de récompenser la meilleure bande originale

Louise Wessbecher
Le compositeur de la BO de “Douleur et Gloire” de Pedro Almodovar avec Antonio Banderas (en photo) mériterait lui aussi un prix au Festival de Cannes 2019

FESTIVAL DE CANNES – La 72e édition du Festival touche à sa fin. Ce samedi 25 mai, le jury présidé par Alejandro González Iñárritu remettra ses prix : une Palme d’or, un prix du jury, un prix d’interprétation masculine et féminine… Mais rien pour distinguer les compositeurs des bandes originales de ces 21 films sélectionnés en compétition.

S’il existe un Oscar de la “meilleure musique de film” ou un César de la “meilleure musique originale”, pas l’ombre d’un prix similaire au Festival de Cannes, ni chez ses cousins de la Mostra de Venise ou la Biennale de Berlin (qui présente cependant un Ours de la “meilleure contribution technique”). Pourtant, nombreux sont les compositeurs de cette édition 2019 à Cannes qui mériteraient qu’on mette un peu plus leur métier en lumière.

Le compositeur, co-auteur d’un film

Depuis plusieurs années, la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) tente tant bien que mal de rendre visible le travail de ceux qui créent les bandes originales des dizaines de films présentés à Cannes en sélection officielle, mais aussi à la Quinzaine des réalisateurs ou à la Semaine de la critique. L’an passé, Thierry Frémaux inaugurait symboliquement la première édition de “A Life in Soundtrack”, événement distinguant une personnalité du monde de la musique de film (Alexandre Desplat en 2018, puis Bertrand Tavernier en 2019).

Mais l’intérêt du Festival de Cannes semble s’arrêter là pour le moment. Au grand dam de Jean-Noël Tronc, directeur général de la Sacem. “Le compositeur est l’un des trois co-auteurs du film avec le réalisateur et le scénariste. Cette raison suffit à elle-même pour justifier l’intérêt de récompenser la musique originale. D’autant plus en France, pays qui a inventé le cinéma et qui héberge le plus grand festival de cinéma du monde”, détaille-t-il au HuffPost.

De cette 72e édition du Festival de Cannes, peu de gens retiendront sans doute les noms de Alberto Iglesias, Jean-Michel Blais ou encore James Newton Howard....

Retrouvez cet article sur le Huffington Post