Pourquoi les femmes renoncent-elles à aller voir le gynéco ?

![CDATA[Shutterstock / Satyrenko]]

Que dit exactement cette récente enquête ?

Réalisée auprès de plus de 1 000 femmes âgées de 18 ans et plus, interrogées en ligne par l'institut de sondage Ifop pour le compte de la plateforme de téléconsultation Qare, cette enquête a révélé que 57 % des interrogées, soit près de 1 femme sur 3, ont déjà renoncé à une consultation ou à un soin gynécologique. Dans le détail, 1 femme sur 10 (12 %) s'est déjà retrouvée dans cette situation « de nombreuses fois ». Et 1 sur 3 (28 %) n'a pas vu de gynécologue depuis plus de 1 an ; 2 sur 10 (21 %), depuis plus de 3 ans ; et 1 sur 10 (10 %), jamais.

Sont principalement touchées les femmes âgées de 25 à 49 ans, agricultrices, artisanes, commerçantes, cadres, professions libérale et employées, et les mères, avec au moins 1 enfant.

Quelle est la raison principale ?

La difficulté à obtenir un rendez-vous ! Lors de l'enquête Ifop/Qare, ce motif a été donné par pas moins de 36 % des sondées. Et pour cause : « Il y a de moins en moins de gynécologues en France », indique la Dre Joëlle Belaisch-Allart, gynécologue obstétricienne. Selon le Conseil national de l'Ordre des médecins, entre 2010 et 2021, le nombre de gynécologues médicaux a dégringolé de... 56 % !

Cette chute s'explique notamment par le fait qu' « entre 1987 et 2003, le gouvernement a supprimé la spécialité "gynécologie médicale" de l 'enseignement universitaire... avant de la rétablir à la demande de nombreuses femmes qui ont (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Alzheimer : quelle association de deux risques faut-il absolument éviter ?
Qu'est-ce que l'urticaire aquagénique, cette rare allergie à l'eau ?
Le congé menstruel bientôt instauré en Espagne ?
Fin du port du masque : dans les transports, lieux où il reste obligatoire ou recommandé... Ce qu'il faut savoir
CHIFFRES COVID. Le bilan en France ce lundi 16 mai en direct : annonces, chiffres

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles