Pourquoi des femmes défendent-elles la "liberté d'importuner" pour les hommes face au mouvement #BalanceTonPorc ?

Valentine Pasquesoone
Après la publication d'une tribune dans "Le Monde" cosignée par 100 femmes dont Catherine Deneuve, défendant une "liberté d'importuner", franceinfo a interrogé Eric Fassin, sociologue et enseignant à l'université Paris VIII, sur les raisons de cette contestation des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc. 

C'est un texte qui ne cesse de susciter des réactions, plus de trois jours après sa publication. En France comme à l'étranger, des voix s'élèvent toujours pour commenter une tribune publiée dans Le Monde, mardi 9 janvier, défendant "une liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle". Une manière, pour les 100 femmes signataires de ce texte – dont l'écrivaine Catherine Millet, l'actrice Catherine Deneuve et la journaliste Elisabeth Lévy – de critiquer la libération de la parole des femmes sur les réseaux sociaux (et la "campagne de délations et de mises en accusation publiques" visant plusieurs hommes), à travers les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc.

En défendant cette "liberté d'importuner", ce texte remet en avant l'idée d'une "séduction à la française", d'une culture marquée par la liberté sexuelle, qui serait ainsi menacée par cette prise de parole collective contre le harcèlement. Comment expliquer cette réaction ? Eléments de réponse avec Eric Fassin, sociologue et enseignant à l'université Paris-VIII, chercheur au sein du laboratoire d'études de genre et de sexualité (LEGS) et auteur de plusieurs ouvrages dont Le sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique (Ed. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009).

Franceinfo : Comment expliquez-vous que des femmes défendent, en France, la "liberté d'importuner" pour les hommes, en réponse aux récents mouvements de lutte contre les violences sexuelles ? (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages