Pourquoi il faut dissoudre le PNF

*

Dans quel pays nous sommes-nous levés, ce matin ? Quel est ce pays où on apprend que des dizaines d’avocats ont été géolocalisés et ont vu le détail de leurs communications téléphoniques épluché ? Quel est ce pays où, lorsqu’on interroge la responsable de la structure qui a ordonné ces investigations, elle répond que tout était légal ? La Russie de Poutine ? Le Venezuela de Maduro ? Ou bien notre pays, la France ?

M’dame Houlette dirige une bien curieuse institution. Mais M’dame Houlette est intouchable. On lui a donné, à elle et aux juges dont elle coordonne le travail, le pouvoir de s’interférer dans une campagne présidentielle, ou de s’asseoir sur le secret professionnel et le droit à la vie privée des avocats, c’est-à-dire les personnes auxquelles elle doit faire face dans les prétoires. M’dame Houlette se plaint parfois en commission d’enquête parlementaire de sa supérieure hiérarchique, sous serment. Et puis elle se rétracte ensuite, dans les médias, alors qu’elle ne l’est plus. M’dame Houlette a été nommée par François Hollande, qui a aussi créé le PNF.

Le top du top contre les taupes

François Hollande, parlons-en également. N’est-ce pas ce monsieur qui s’épanche pendant des heures et des heures devant deux journalistes du Monde, croyant benoîtement que ces derniers sortiront le livre dans plusieurs années, livre qui constituera le dernier clou dans le cercueil de sa vie politique ? N’est-ce pas ce monsieur qui crée le PNF pour se faire pardonner de l’affaire Cahuzac, qu’il n’a pas vu venir. François Hollande, un « Oui-oui » en plus méchant, à l’Elysée. Oui-Oui qui continue à venir dans les médias nous dispenser ses réflexions sur des éventuelles réformes institutionnelles. Cela ne manque pas de sel également, si on repense à la création de régions allant d’Hendaye à Parthenay, de Saint-Flour à Thonon-Les-Bains ou de Sens à Saint-Claude.

Lire la suite