Voici pourquoi il faut absolument changer sa taie d’oreiller régulièrement

·2 min de lecture

On pense moins souvent à les laver que les draps, pourtant les taies d’oreillers sont de véritables nids à microbes. Maquillage, soin, peau morte, transpiration et salive se mêlent à votre linge de lit. Il est grand temps de passer votre housse à la machine !

Vous n’imaginez pas tout ce qui se colle à votre visage toutes les nuits. Même si vous nettoyez votre peau et que vous vous brossez les cheveux, rien n’empêche ces résidus de s’inviter sur votre taie d’oreiller.

Un nid à acariens

Reste de shampoing sec, transpiration, bave, morceaux de biscuits, poils de chats… Toutes ces saletés provoquent des boutons d’acné et des points noirs. En plus, le sébum de la peau et/des cheveux vient imprégner les taies d’oreillers, en particulier celles en cotons, et vient graisser les racines et fragiliser la fibre capillaire. La poussière et la pollution extérieure qui se déposent sur la taie profitent aussi aux acariens qui se nourrissent de vos peaux mortes et apprécient votre chaleur. Ces petites bêtes sont responsables d’allergies très désagréables. Alors pour votre santé, changez régulièrement votre taie d’oreiller.

Un lavage entre 60° et 90°

L’idéal est de laver votre taie une fois par semaine et en particulier l’été où les nuits sont chaudes et où les bactéries se multiplient. L’hiver, vous pouvez vous limiter à deux fois par mois minimum. Cependant, si vous avez été malade ou si vous sentez que votre taie d’oreiller est « sale », n’hésitez pas à la passer au lave-linge. Référez-vous à la température indiquée sur l’étiquette pour procéder au lavage. Entre 60° et 90°, les bactéries et acariens seront éliminés. Surtout, n’installez pas vos...

Lire la suite sur Femina.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles