Mais pourquoi les Etats-Unis dominent à ce point la course aux Nobel ?

·2 min de lecture

Universités prestigieuses, financements généreux pour la recherches, valorisation des jeunes chercheurs... Le quasi-monople américain sur les prix Nobel peut s'expliquer simplement : pour le confort de travail qu'ils offrent, les États-Unis attirent les plus brillants scientifiques du monde.

Huit des 13 lauréats des sont d'origine américaine, fait révélateur de la domination historique des États-Unis au palmarès de ces récompenses, qui peut s'expliquer par la force de leurs universités et à leur capacité à attirer les talents du monde entier.

Depuis , les États-Unis ont remporté 400 médailles, loin devant le Royaume-Uni avec 138 récompenses et l'Allemagne, auréolée de 111 prix (ces chiffres incluent des lauréats liés à plusieurs pays). "Je suis vraiment reconnaissant des opportunités qui m'ont été offertes dans ce pays", s'est réjoui lors d'une conférence de presse , pour leurs découvertes sur la façon dont le système nerveux transmet la température et le toucher.

Le prix Nobel de médecine 2021 est attribué aux Américains David Julius et Ardem Patapoutian, le 4 octobre 2021 à Stockholm, en Suède  (AFP/Archives - Jonathan NACKSTRAND)
Le prix Nobel de médecine 2021 est attribué aux Américains David Julius et Ardem Patapoutian, le 4 octobre 2021 à Stockholm, en Suède (AFP/Archives - Jonathan NACKSTRAND)

Le prix Nobel de médecine 2021 est attribué aux Américains David Julius et Ardem Patapoutian, le 4 octobre 2021 à Stockholm, en Suède. Crédits : AFP/Archives - Jonathan Nackstrand

Les universités américaines en haut du panier

M. Patapoutian, Américain d'origine libano-arménienne, a notamment attribué sa victoire à l'Université publique de Californie, où il a étudié et où enseigne aussi M. Julius, également Américain. En tout, l'équipe et les professeurs de cette université ont gagné 70 prix Nobel, presque autant que le palmarès total de la France (71 récompenses). Les universités américaines caracolent constamment en tête des classements internationaux, avec un mélange d'établissements privés ultra-select bénéficiant de larges donations, et de prestigieuses universités publiques.

Syukuro Manabe, co-lauréat du Nobel de physique, qui a quitté le Japon dans les années 1950 et réalisé ses travaux révolutionnaires sur le réchauffement climatique à l'Université Princeton, a expliqué aux journalistes qu'aux États-Unis, il avait pu pousser ses recherches là où sa curiosité le menait, un élément déterminant pour sa réussite.

Prix Nobel de physique 2021 (AFP - Gal ROMA)
Prix Nobel de physique 2021 (AFP - Gal ROMA)

Quittant l'Écosse pour l'Amérique dans les années 1990, David MacMillan, vainqueur du Nobel de chimie, est aussi enseignant à Princeton, d'où est diplômée la co-lauréate du Nobe[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles