Pourquoi Emmanuel Macron veut absolument mettre en place un Conseil national de la refondation

© Jacques Witt/SIPA

Le chef de l’État l’a annoncé à l’occasion de son interview du 14-Juillet : il veut lancer le plus vite, « dès la fin de l’été », son Conseil national de la refondation (CNR) afin d’« utiliser tous les instruments pour que notre démocratie soit une démocratie vivante ». Parmi les sujets qu’Emmanuel Macron veut revoir, il y a les accords de branches où le salaire minimum est encore en-dessous du Smic. Cette institution qui doit selon l’AFP réunir des forces politiques, économiques, sociales, associatives mais aussi des élus de territoires et des citoyens tirés au sort, doit surtout permettre de débattre de textes de loi avant qu’ils n’arrivent à l’Assemblée nationale.

Lire aussi - Conseil national de la refondation : le grand flou autour de la nouvelle instance annoncée par Emmanuel Macron

Problème, aujourd’hui, ce CNR est loin de faire consensus, même au sein de la majorité. « Ça va être une usine à gaz », lance auprès du Parisienun député Renaissance qui souhaite « bon courage pour faire exister un truc comme cela ». Pour un autre ténor de la majorité, il s’agit d’une « coquille vide ». Contesté au sein de la majorité, ce Conseil le fut aussi dans les rangs de l’opposition, qualifié de « grand blabla » par le président LR de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand. Alors pourquoi Emmanuel Macron veut absolument le mettre en place ?

Le modèle du Conseil nationale de la résistance

Annoncé pendant la campagne des élections législatives, le CNR doit faire participer les F...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles