Pourquoi Emmanuel Macron s'obstine à vouloir inscrire l'IVG dans la Constitution ?

Inscrire dans la Constitution la « liberté » des femmes, qui leur « est garantie », d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse (IVG). Tel est le projet d'Emmanuel Macron, a annoncé La Tribune Dimanche, samedi 28 octobre. Ce dimanche 29 octobre, dans la matinée, le chef de l'Etat a confirmé par un post sur X sa volonté de déposer un projet de loi constitutionnelle au Conseil d'État en début de semaine.

Il sera donc ajouté à l'article 34 de la Constitution que « la loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté de la femme, qui lui est garantie, d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ».

Sanctuariser le droit à l'avortement

Déjà, le 8 mars dernier, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, le président de la République s'était engagé à inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution. « Je veux aujourd’hui [...] graver la liberté des femmes de recourir à l’interruption volontaire de grossesse. (...) Pour assurer solennellement que rien ne pourra entraver ou défaire ce qui sera ainsi irréversible », avait-il déclaré. Il répondait alors à certaine...


Lire la suite sur LeJDD