Pourquoi Dupond-Moretti a été visé par cette rarissime interpellation au Sénat

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Pourquoi Dupond-Moretti a été visé par cette rarissime interpellation au Sénat
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - C’est une scène qui détone un peu dans l’ambiance habituellement feutrée du Sénat. La sénatrice socialiste Laurence Rossignol, qui présidait la séance à la chambre haute vendredi 2 avril s’est fendue d’un rappel au règlement à l’égard du garde des Sceaux pour son comportement pendant les débats.

Selon l’élue de l’Oise, Éric Dupond-Moretti a tenté de l’interpeller hors-micro lorsqu’elle était au Plateau, sur des sujets qui ne touchaient pas au déroulé des discussions portant à ce moment-là sur le projet de loi du gouvernement “confortant le respect des principes de la République.”

“Je suis au regret de faire état d’un fait personnel, qui est plutôt un fait institutionnel, qui s’est déroulé cette après-midi au cours de la première partie de la séance, commence-t-elle comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article. J’ai été à deux reprises, mezzo-voce, hors micro, interpellée par le garde des Sceaux, cherchant un peu d’échanges avec moi sur des éléments qui n’ont rien à voir ni avec la séance d’aujourd’hui ni avec ma présidence.”

Et l’ancienne ministre d’affirmer que ce “fait important” a “porté atteinte à la présidence (du Sénat ndlr), à la sérénité de son exercice et à une règle essentielle qui est la dissociation entre la personne du président et l’exercice de la présidence.”

“Nous n’avons plus ni opinion, ni inimitié, ni amitié...”

Et la parlementaire d’ajouter, sur le même...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.