Pourquoi le droit de retrait va coûter plus cher aux cheminots qu'une grève classique

1 / 2

Pourquoi le droit de retrait va coûter plus cher aux cheminots qu'une grève classique

Il faut protéger la loi sur le service minimum dans les transports publics, sinon cela va devenir un enfer. Tel est le mot d’ordre à la direction de la SNCF après le vaste mouvement social qui, le week end dernier, a perturbé le départ en vacances de dizaines de milliers de Français. Pas question donc de laisser impuni ce "pseudo" recours au droit de retrait, comme le qualifie Guillaume Pepy.

Le PDG de la SNCF raconte comment il a choisi de gérer ce qui pourrait être perçu comme...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi