Pourquoi divise-ton l’année en 365 jours, le jour en 24 heures et l’heure en 60 minutes ?

© Malcolm Park/Cover Images/SIPA

C’est l’alternance du jour et de la nuit qui est, pour toute l’humanité, la première des marques du temps : la durée d’une journée est celle d’un « lever » de soleil au « lever » de soleil du jour suivant, même si ce n’est pas tout à fait le Soleil qui se lève au début du jour mais la Terre qui tourne sur elle-même.

La Terre tourne aussi autour du Soleil. Ces deux mouvements ont des durées différentes : il faut environ 365 jours un quart pour accomplir le tour du Soleil.

Une autre complication naturelle explique la diversité des calendriers. Le monde ancien et agricole, plus proche de la nature, observait les phases de la Lune (marquées par Nouvelle Lune, premier quartier, Pleine Lune, dernier quartier) : celles-ci durent sept jours, d’où la division en semaine, commune à une large part de l’humanité ; la durée entre deux phases lunaires est d’environ 29,5 jours, soit un mois lunaire.

Le choix des mois de 30 ou 31 jours, dans une année de 12 mois qui totalise 365 jours, est historique et date de l’Empire romain, mais beaucoup de civilisations fonctionnent avec des mois lunaires de 29 ou 30 jours, et des années qui ont 12 ou 13 mois.

La division de la journée, en 24 heures de 60 minutes, est plus universelle que les calendriers, parce que c’est entièrement un processus humain, il n’est pas soumis à des contraintes complexes de la nature.

Les nombres 24 et 60 ne nous sont familiers que pour compter le temps, puisque nous vivons plutôt dans un monde « décimal », avec dizaines, cen...


Lire la suite sur LeJDD