Pourquoi est-ce si difficile de changer le monde ?

© Pixabay

Si l’on prend n’importe quel conflit géopolitique actuel, il est douteux de penser qu’un Superman réglerait quoi que ce soit. Les comics ont certes été un support de propagande contre le fascisme, le nazisme ou encore le régime soviétique, mais ils se contentent aujourd’hui d’incursions mineures dans le champ des relations internationales. Leurs personnages sont généralement attachés à une ville, voire à un quartier. S’ils quittent les États-Unis, c’est pour affronter des catastrophes naturelles ou des groupes mafieux.

Une autre option consiste à les opposer à un super-vilain menaçant toute la planète, obligeant ainsi des pays ennemis à mettre leurs conflits régionaux en sourdine… Cette prudence des éditeurs et des scénaristes répond à une stratégie commerciale qui cherche à plaire au plus grand nombre à travers le monde, et donc à ne fâcher personne. Mais en toile de fond, elle peut aussi faire écho à un problème fondamental : faut-il se battre pour changer le monde, ou vaut-il mieux rester humble et agir à un niveau plus local ?

Inspiré par la philosophie stoïcienne, René Descartes préconise dans son Discours de la méthode (1637) « de tâcher toujours plutôt à me vaincre que la fortune et à changer mes désirs que l’ordre du monde ». Concrètement, la vie et le cours de l’histoire ne dépendraient pas de nous, quels que soient nos moyens d’action ou nos forces. Il vaudrait donc mieux renoncer à vouloir les influencer et se recentrer sur soi, en apprenant, notamment, à accepter (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les ménages dépensent de moins en moins dans la culture et la raison va vous surprendre !
Quel est le plus grand stade de football du monde ?
Football : quand est-ce qu'il y a penalty ?
Que fête-t-on le jour de Thanksgiving ?
Quelle est la signification des numéros de maillot au football ?