Pourquoi vous devriez éviter de déposer des chèques et des billets sous le sapin à Noël

·1 min de lecture

Quel jouet acheter à ma nièce pour Noël? Pas facile, moi qui n'ai jamais été une petite fille de huit ans. Pour mon frère : une bouteille de whisky. Mais n'a-t-il pas arrêté d'en boire dernièrement? Et ma tante? Le Goncourt de l'année, comme toujours. Pas sûr pourtant que l'histoire, cette fois, l'intéresse.

À ma compagne, c'est plus facile, je connais ses goûts et tout ce qu'elle possède déjà. En tout cas, pas d'argent ni aux uns ni aux autres. Éventuellement un chèque-cadeau si je n'ai pas le temps de courir les magasins et les sites Internet. De toute façon lorsqu'elles ne plaisent pas, ces étrennes peuvent se revendre sur Leboncoin. L'économie des cadeaux pour les fêtes est déconcertante!

Au début des années 1990, elle a dérouté un jeune assistant-professeur de l'Université de Yale. Fasciné par la théorie économique du choix rationnel du consommateur, il tique devant la tradition de Noël qui consiste à offrir un bien pour une autre personne sans connaître parfaitement ses préférences. En dépensant 50 dollars pour un cadeau à un proche, il est probable que ce dernier aurait acheté avec cette somme quelque chose qui lui aurait plu davantage.

Il demande alors aux étudiants de son cours de microéconomie d'estimer le prix des cadeaux qu'ils ont reçus il y a peu pour Noël, ainsi que ce qu'ils seraient prêts à payer pour obtenir leurs cadeaux s'ils ne les avaient pas reçus. L'un répond, par exemple, que le sweatshirt qu'il a découvert sous le sapin vaut 50 euros dans le commerce...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles