Pourquoi le démantèlement du réseau Sky ECC offre "une mine d'or" de données à la police

·1 min de lecture

C’était le système de communication cryptée le plus utilisé au monde, par les principaux trafiquants de la planète. Quelques mois après EncroChat, un autre réseau, Sky ECC a été démantelé par la police, notamment grâce à la France. Un succès dont les retombées s'annoncent considérables pour les enquêteurs, qui doivent désormais effectuer un travail de fourmi. Europe 1 fait le point sur ce que l'on en sait.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Comment fonctionnait le système Sky ECC ? 

Il ne s'agissait pas de téléphones spéciaux : le système pouvait fonctionner sur n'importe quel smartphone. Il s’ajoutait au fonctionnement des appareils et chiffrait tous les échanges, de sorte à ce qu’aucune écoute ni aucun traçage ne soit possible. Autrement dit, cela rendait les communications invisibles pour n’importe quel service d’enquête.

Prix de l'outil, vendu sous le manteau ou sur le Darknet : 2.000 euros la ligne, tous les six mois. Autant dire une broutille pour des trafiquants. On estime que Sky ECC comptait plus de 170.000 utilisateurs dans le monde, qui croyaient échanger en toute impunité. 

Comment a-t-il été déjoué ?

Pour faire tomber ce système réputé inviolable, les efforts de trois pays ont été nécessaires : la Belgique, les Pays-Bas - où le nombre d'utilisateurs était très important - et la France, qui a joué un rôle capital. Car tout ce système de cryptage mondial était notamment hébergé sur des serveurs de l'Hexagone. 

C'est donc dans le cadre d...


Lire la suite sur Europe1