Pourquoi la découverte du premier ocelot albinos au monde n’est pas une bonne nouvelle

Le premier ocelot albinos a été découvert en Colombie, au parc de conservation de Medellin, ce qui illustre les conséquences de la déforestation.
JOAQUIN SARMIENTO / AFP via Getty Images Le premier ocelot albinos a été découvert en Colombie, au parc de conservation de Medellin, ce qui illustre les conséquences de la déforestation.

ANIMAUX - Dans un parc de conservation de Medellin, un ocelot albinos s’adonne à la chasse de proies fictives. Pour les scientifiques, la découverte de cet animal est à mettre sur le compte de la déforestation de l’habitat naturel du félin en Colombie.

L’ocelot albinos avait été découvert il y a un peu plus d’un an par des habitants d’Amafli, un village situé au nord-ouest du pays, dans le département d’Antioquia. Dans un premier temps, les biologistes du parc de conservation de Medellin, où il a été accueilli, ont seulement présenté la trouvaille comme « extrêmement inhabituelle », sans identifier l’espèce de l’animal.

Après des mois d’analyses génétiques, ils ont confirmé qu’il s’agissait de « l’unique cas jamais enregistré au monde d’ocelot d’albinos », a déclaré à l’AFP Jorge Aubad, directeur de l’institution. Et pour le scientifique, la mutation génétique de l’animal renseigne une réalité préoccupante.

Les conséquences de la déforestation

En raison de la déforestation, « les populations [d’ocelots] s’isolent », ce qui entraîne « une endogamie, une reproduction entre des membres étroitement apparentés », détaille Jorge Aubad. « L’albinisme, dans ce cas, se transmet car nous avons un problème de fragmentation » des forêts tropicales où habite l’espèce animale, ajoute le biologiste.

Selon les experts, ce spécimen de près de 13 kg ne pourrait pas survivre dans son habitat naturel à cause de la couleur de son pelage qui l’expose aux prédateurs. Il est par ailleurs « complètement aveugle ».

Amalfi, où l’ocelot a été trouvé, est une des zones les plus affectées par la déforestation dans le nord-est de la Colombie, selon un rapport publié récemment par le Ministère colombien de l’Environnement. La Colombie a perdu quelque 1.700 kilomètres carrés de forêt en 2021. C’est la troisième année consécutive que la superficie de forêt perdue augmente.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi