Pourquoi le déconfinement nous angoisse (aussi)

Tiphaine Honnet

Interview.- Le virus rôde encore et toujours, et l’angoisse aussi. À quelques jours du déconfinement progressif le 11 mai, certains ressentent une boule de nœuds au ventre, au point d’hésiter à replonger dans le monde extérieur. Explications avec une psychosociologue.

On l'attendait avec impatience depuis plus de quarante jours. À compter du lundi 11 mai, date du déconfinement progressif, certains vont reprendre le chemin du travail et de l'école. Plus besoin d'attestation pour sortir dans la rue. Pourtant, à l'approche du jour J, chez certains la peur prend le dessus sur le désir de liberté, les poussant vers l'extérieur d'un pas que très moyennement assuré. La psychosociologue Dominique Picard (1) revient sur cette période de doute, passagère la plupart du temps, et donne les clés pour la surmonter.

À lire aussi" Cerveau en pause : le déconfinement devra d'abord être psychologique

En vidéo, comment les Français vivent-ils le confinement ?

Madame Figaro.- Pour certains, le déconfinement est source d'angoisse, peut-être même plus que le confinement. Comment l'expliquez-vous ?

Dominique Picard.– Le confinement a été rendu possible et admissible aux yeux des gens uniquement parce qu'il a été présenté comme une solution pour se préserver soi-même et les autres d'une menace. Cette perception d'un monde extérieur hostile a été intériorisée et favorise certainement l'angoisse du déconfinement. D'autant plus que les autorités référentes ne sont pas rassurantes. On nous dit que le virus circule moins mais pas qu'il ne circule plus. Jusqu'à présent on a la possibilité d'échapper à ce danger en le laissant à l'écart, maintenant il va falloir l'affronter. Généralement, dans ce genre de situation, un compte à rebours nous donne la possibilité de nous raccrocher à quelque chose de positif pour tenir. (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Désir sexuel, amours... À quoi faut-il s'attendre après le déconfinement ?
Pourquoi les troubles du comportement alimentaire se réveillent en confinement
Le 9 mai, faites le plein d'énergie : participez à une matinée pour inventer l'avenir
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame