Pourquoi la Corée du Nord a tenté de pirater les données du vaccin Pfizer

·1 min de lecture

Un État qui se comporte comme un pirate informatique. Selon des médias, citant mardi les services de renseignement sud-coréens, la Corée du Nord a cherché à s’introduire dans les systèmes informatiques du géant pharmaceutique Pfizer. L’objectif : trouver des informations sur le vaccin et les traitements contre le coronavirus. Le régime de Pyongyang, son leader Kim Jong-Un en tête, soutient pourtant que le pays n’a pas été touché par la pandémie. Cette cyberattaque tend ainsi à prouver la réalité de la situation sanitaire en Corée du Nord, comme l’a analysé notre spécialiste des affaires internationales Didier François. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 16 février

Les espions de Pyongyang ont tenté de pirater d’autres laboratoires 

"Cette cyberattaque n’est pas vraiment une première pour la Corée du Nord, qui s’est déjà fait prendre neuf fois la main dans le pot de confiture rien que l’année passée. L’objectif est toujours le même : voler les secrets de fabrication des vaccins contre le virus du Covid-19. L’intrusion révélée par l’agence sud-coréenne de contre-ingérence visait le laboratoire Pfizer et son sérum, mis au point avec le centre de recherche allemand BioNTech.

Mais les espions numériques nord-coréens ont aussi tenté de pénétrer les systèmes informatiques de Johnson and Johnson, d’AstraZeneca, de Novavax et de pratiquement tous les centres de recherches pharmaceutiques de pointe. Ce qui en dit long sur la réalité de la situa...


Lire la suite sur Europe1