Pourquoi est-il conseillé de manger des fruits et légumes de saison ?

Libération.fr
.

Empreinte carbone plus faible ou meilleur goût, respecter la saisonnalité est un gage de qualité et de fraîcheur.

Récemment, on est tombés sur Instagram sur cette infographie de l’illustratrice Claire-Sophie Pissenlit (on espère qu’il s’agit de son vrai nom) qui liste chaque mois les fruits et légumes dits «de saison». Et c’est à ce moment-là qu’on s’est rappelés qu’il n’est pas vraiment normal de trouver en plein hiver des haricots verts, des tomates et même des abricots sur les étals des marchés. On s’est alors mis en tête de vous (re)dire pourquoi il est préférable de se goinfrer de kiwis plutôt que de fraises à cette époque de l’année.


Les effets sur la santé 

«La nature est bien faite et nous offre tout ce dont nous avons besoin au bon moment», rappelle Angélique Fabiani, diététicienne-nutritionniste. En hiver, le froid et le manque de soleil amplifient nos besoins en nutriments. Et ça tombe bien puisque c’est la saison actuelle des légumes riches en minéraux comme les choux, les poireaux, les navets… mais aussi celle des agrumes, riches en vitamine C. En été, en revanche, «notre organisme demande plus d’eau. Le melon, la tomate, la courgette en sont gorgés».

A lire aussi :Manger bio, est-ce vraiment plus sain ?

Respecter la saisonnalité est aussi un gage de qualité et de fraîcheur. Et gustativement parlant, c’est autre chose. Pourquoi ? Parce que les fruits et légumes sont cueillis à maturité. «Leurs saveurs ont pu se développer en mûrissant de façon naturelle. Essayez les tomates en hiver, vous sentirez une nette différence comparée à une tomate en été !» avertit Fabiani. De son côté, Florent Guhl de l’Agence bio, rappelle aussi que «ça permet de réduire les pesticides et les produits de traitement post-récoltes. On peut manger les fruits à l’état brut, avec la peau».

Les effets sur l’environnement

Produire en fonction des saisons signifie également produire sur place. On évite le stockage et surtout les trop longs trajets. Le bilan carbone est censé diminuer. «Si (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Aquarius, 80 km/h, Ahed Tamimi... Les articles que vous auriez pu rater cette semaine
Au «Parisien», 77 femmes se rebiffent
«Un porc, tu nais ?»
«Il n’est pas mauvais que les militants du FN connaissent l’histoire du Front national.»
Lactalis : rentabilité