Pourquoi cette semaine est la pire pour les asthmatiques

La troisième semaine de septembre est une "semaine de pointe" pour les allergies (Getty Images) (Getty Images)

La troisième semaine de septembre est désignée comme la "semaine de pointe" des allergies par les experts. En cause ? Les complications liées à la grippe et le pollen d'herbe à poux.

Si vous êtes asthmatiques, prenez soin de vous cette semaine. Dans son rapport hebdomadaire, Santé publique France rapporte une hausse des hospitalisations à cause de l’asthme chez les moins de 15 ans. Chaque année, à la même époque, les chiffres sont identiques.

"Au niveau national, en métropole et départements français d’Amérique, les recours pour asthme chez les moins de 15 ans sont en forte hausse aux urgences (+169% soit +1 349 passages par rapport à la semaine précédente) ainsi que dans le réseau SOS Médecins (+82% soit +173 actes médicaux)", note Santé publique France. Avant de compléter : "La proportion d’hospitalisation après passage aux urgences pour asthme augmente à 33% (vs 26% en S35)".

Même son de cloche dans la presse anglaise. Le Daily Mail met également en garde les asthmatiques contre les ravages que peut causer cette "semaine de pointe", toujours la 3ème du mois de septembre.

Liaisons dangereuses

Comment expliquer ce phénomène ? Les experts évoquent une combinaison de pollen d’herbe à poux – qui atteint un niveau très élevé - et du début de la saison de la grippe. Entre le 18 et le 24 septembre, les médecins signalent une augmentation des visites liées aux allergies et à l’asthme. "La semaine de pointe des allergies est la troisième semaine de septembre où nous constatons la plus forte augmentation des exacerbations de l'asthme et une augmentation des symptômes d'allergie chez les patients à travers les États-Unis", a déclaré McDermott cité par le site anglais.

Pour les personnes asthmatiques, la circulation de la grippe peut aggraver la situation car leurs voies respiratoires déjà restreintes peuvent se resserrer provoquant alors un essoufflement. Dans les cas les plus graves, ce phénomène peut se traduire par une crise d'asthme. Pour limiter au maximum le risque, il est donc recommandé aux adultes souffrant d'allergies de consulter un médecin pour adopter le traitement adéquat.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "4 millions de personnes sont touchées par l’asthme chaque année"